News


Littérature
Forever and a Day - sortie du nouveau roman James au Royaume-Uni
Forever and a Day - sortie du nouveau roman James au Royaume-Uni Personnage emblématique véritable vitrine de la Grande Bretagne à l’Export, le héros créé par Ian Fleming va-t-il devoir se conformer à la nouvelle politique isolationniste de Londres ?

Un coup de canif dans l’Entente Cordiale ?

Personnage emblématique véritable vitrine de la Grande Bretagne à l’Export, le héros créé par Ian Fleming va-t-il devoir se conformer à la nouvelle politique isolationniste de Londres ?

En clair, James Bond roule-t-il encore aujourd'hui pour l’Europe, et le monde (… En Aston Martin) ou s'est-il aussi frileusement replié sur lui-même ?

La réponse semble donnée dans le tout nouveau roman à paraître ces jours-ci en Angleterre.

Dont la trame, même si elle propulse James Bond sur la Côte d’Azur, ne s'intéresse paradoxalement pas vraiment à la région en en proposant une vision plutôt caricaturale...

Ian Fleming a créé son héros au début des années cinquante pour plusieurs raisons – dont la première était de redorer un peu l'image de marque de son pays en proposant un équivalent British aux détectives US Hard boiled type Mickey Spillane, Sam Spade et autres personnages créés par Raymond Chandler et consorts.

Conscient de vivre une époque-charnière, où le modernisme commençait vraiment à se manifester dans nombre d'aspects de la vie de tous les jours (accessibilité aux voyages via développement des compagnies aériennes, progrès techniques nombreux – télévision, etc.), Fleming se passionnait pour les cultures étrangères, et se mit alors à parcourir le monde pour y faire vivre des aventures extraordinaires à son alter ego de papier...

Véritable phénomène culturel dès la sortie du premier roman, Casino Royale en 1953, le mythe explose véritablement une dizaine d'années plus tard lorsque déboule enfin sur les écrans le tout premier film de la plus longue série de longs métrages jamais consacrée à un même personnage ;

Couverture du romanRevenant dès lors régulièrement sur les écrans – et les vitrines de librairies, l'agent 007 a vite fini par devenir un personnage-symbole de la Grande-Bretagne, aux côtés de Sherlock Holmes et de Harry Potter.

Tout en reflétant avec une exactitude ponctuelle l'évolution du monde, et des relations entretenues par le Royaume-Uni avec ses voisins d’Europe et d’outre Atlantique.

Si dans les années 80s un certain président Reagan osa même qualifier 007 de « héros travaillant pour la bannière étoilée et la paix du monde », reste que l'image politique de James Bond restait toujours suffisamment floue pour ne pas déplaire spécifiquement à un pays en particulier (dès les années 70s, les dirigeants Soviétiques se faisaient d'ailleurs projeter en secret au Kremlin les dernières aventures de 007 – n'en déplaise au Smersch...).

Une image aujourd'hui ' réinventée ' par l'écrivain de best sellers british Anthony Horowitz, qui ressuscita déjà par deux fois Sherlock Holmes d'entre les morts, et choisi par les héritiers de Ian Fleming pour perpétrer les aventures littéraires de James Bond au 21ième siècle (et qui collabora par ailleurs au script des Tintin de Steven Spielberg) - tout en le fixant à nouveau, comble de l'ironie – dans les années mêmes de la création du personnage par Ian Fleming, soit le début des années cinquante.

Un James Bond évoluant à nouveau en pleine guerre froide, dans un monde bipartite où s'affronte en permanence USA et bloc de l’Est.

Cette évolution (ou Révolution ?) du personnage reflète à l'évidence la nouvelle place qu'a décidé de prendre la Grande Bretagne dans les affaires du monde, après s'être délibérément éloigné de l’Europe pour revenir à une politique isolationniste... Proche de celle qu'elle prônait dans les années cinquante.

Un rôle de Justicier, garant du bon droit (tout en s'affranchissant royalement de la politique intérieure de ses anciens partenaires économiques), agissant ' au service de sa Majesté ' pour le bien du pays et de la Couronne.

Mais surtout le retour à une image poussiéreuse – fermement ancrée dans ces fameuses années cinquante de l'après-guerre, où la Grande Bretagne, victorieuse mais meurtrie dans sa chair après la seconde guerre mondiale ne dût sa survie qu'à son empire colonial...

Dans Forever and a Day, Anthony Horowitz pousse même malicieusement le bouchon encore plus loin, puisqu'il propose carrément une... Préquelle à Casino Royale, le tout premier roman issu de l'imagination fertile de Ian Fleming.

James Bond, jeune agent fraîchement admis au sein de la section ' Double Zéro ', y est envoyé sous le soleil de Provence avec mission de trouver les assassins de l'agent... 007, son prédécesseur malheureux (dont le cadavre a été inopinément retrouvé dans le port de Marseille).

De Nice à Monte Carlo, en passant par les hauteurs de Menton, l'aventure a un petit parfum d’Amicalement Vôtre et rappelle l’incursion précédente de l'agent au Permis de Tuer dans la région (dans le roman ' Never Dream of Dying ', sous la plume de Raymond Benson en 2001).

Là s'arrête hélas toute comparaison, tant la prose d' Anthony Horrowitz prête à sourire lorsqu'elle se mêle de vouloir faire parler la langue de Molière à l’agent secret...

En pleine promotion britannique, le romancier affirme haut et fort qu'il a passé plusieurs semaines sur place à se documenter minutieusement sur la région.

Et si, effectivement, James Bond descend bien au Negresco (palace niçois bien connu) lorsqu'il arrive à Nice, ses échanges avec la population locale fleurent bon les traductions littérales de Google Translate, ce qui gâche un tant soit peu le plaisir de l'aventure.

Et montre aussi finalement le peu de cas que l'écrivain britannique fait donc de notre culture locale et nationale (à savoir, notre propre langue).

À force de vouloir copier la prose de Fleming (dont on trouvera un passage complétement inédit tiré d'un synopsis de série rédigé de la main même du créateur de James Bond, et qu'Anthony Horrowitz a eu l'autorisation officielle de reproduire et d'intégrer dans le corps même du roman en question. Un ' Easter egg ', qu'il est rigolo d'arriver à repérer exactement d'ailleurs), Horowitz offre hélas au final une image plutôt caricaturale de la France vue par les yeux d'un touriste de Sa Très gracieuse Majesté, à mi-chemin entre le Cary Grant de Hitchcock dans ' La Main au Collet '... Ou l’inspecteur Clouseau perpétuellement à la recherche d'une certaine pierre précieuse...

Et l'on se dit, in petto, que l'écrivain a sans doute d'abord cherché à flatter son public local, britannique donc – avant de penser à une possible traduction française de ces nouvelles aventures romanesques de 007.

Et qu'il s'est fait prendre la main dans le pot de confiture (ou de Jelly, c'est selon), hélas.

Kevin Collette

Forever and a Day (trad littérale : ' l’Éternité et un Jour '). Sortie Anglaise : 31 mai 2018

Penguin Books

(Remerciement : S. Painter – Penguin Books) 




News publiée par Emiel le Thursday 24 May 2018 à 18:10



Soyez avertis par e-mail lorsqu'une
nouvelle news est postée sur le site !



Commentaires



Content Management Powered by CuteNews



Plan du site | Partenaires | Contact

Film en streaming - Cats Vlog - Dangers Alimentaires - DesignDesk

HarryPotterForever.org : La magie en un seul clic ! SciFi-Universe : La référence francophone de la Science-Fiction Stargate-Fusion : Stargate Sg1, Stargate Atlantis, Stargate Worlds StarWars-Universe : Star Wars, Jedi, Sith, Séries TV

© 1999-2018 JamesBond-fr.com

James Bond & 007 © Eon Productions Ltd. & Danjaq, LLC.
007 Gun Symbol Logo © 1962 Danjaq, LLC and United Artists Corp. All Rights Reserved.
James Bond 007 and Other Bond-related Trademarks TM Danjaq, LLC and United Artists Corp. All rights reserved.